Makerfox: le crowdfunding sans argent

Makerfox est une plateforme de crowdfunding sans argent. Un peu comme Kickstarter, mais sans transactions financières. Cependant, le site mentionne encore les terminologies comme les dollars. Heureusement, j’ai personnellement rencontré Matthias, l’un des gars derrière le site, en Italie au unMonastery in Matera. Je lui ai donc adressé des questions pour clarifier certaines choses.
Matthias est également, le fondateur de EarthOS, un « projet de contenu libre en constante évolution où je recueille et organise les projets existants sur les matériels informatiques libres et open source et les propres idées sur un système avec lequel vous pourriez gérer toutes les exigences matérielles et technologiques au quotidien, de l’alimentation à l’approvisionnement en eau, de la mobilité à l’habillement, des soins de santé à la connexion à l’Internet… « . Plus d’informations à ce sujet dans un autre article bientôt.

Qu’est ce que Makerfox?

Makerfox est une plateforme récente de crowdfunding sur le web et un marché fonctionnant sans argent. Nous nous concentrons sur le financement de projets avec des « avantages collectifs », tels que l’open source, le contenu libre, le matériel informatique libre, etc. Et au lieu de l’argent, nous utilisons une forme de troc algorithmique que nous avons inventé et appelé « réseau barter ».
Le Réseau barter
Le réseau barter est une forme flexible de véritable troc. Ainsi, chacun reçoit autant qu’il donne, en produits et services et en même temps. Aucun compte avec des droits numérisés (« argent ») n’est nécessaire. Contrairement au troc normal, il peut y avoir 100 personnes ou plus dans un échange de troc, et c’est ce qui le rend plus flexible et plus probable.
Comment êtes-vous venue cette idée ?
La crise financière/économique de 2008 m’a donné envie de corriger l’absurdité de l’exclusion économique. Vous savez, ce qu’on appelle généralement le « chômage »: les personnes qui ont à la fois des besoins et des compétences à offrir sont exclues des échanges économiques. Seulement parce que l’argent ne parvient pas à les relier aux compétences et aux besoins des autres, et l’argent est le seul outil que la société utilise à cette fin.

Un des principaux conducteurs était que j’ai vécu personnellement le problème: fin 2012, j’étais un informaticien indépendant sans contrat à proprement parler, et j’ai dû vendre la plupart de mes meubles pour payer l’assurance maladie obligatoire en Allemagne.

(Ça aurait pu être pire. J’ai entendu parler d’un gars qui a dû brûler ses meubles pour rester au chaud. [Note de Moneyless.org: l’assurance maladie allemande est très complexe, Matthias a écrit un article sur les faibles primes d’assurance maladie pour les indépendants allemands, il y a aussi cet article en allemand avec quelques conseils pour faire face à l’assurance maladie sans revenu en Allemagne].

Au début, je n’avais aucune idée claire de la façon dont je voulais résoudre ce problème, mais j’ai rêvé d’une application pour smartphone qui pourrait établir ces relations. Avec un gros bouton vert « Démarrer l’Économie ». Je l’ai donc appelé Appli Économie et je l’ai inscrit au tout premier Concours Européen de l’Innovation Sociale. Quand j’ai atteint les demi-finales, j’avais besoin d’une idée plus claire, et avec mon frère Daniel, nous avons inventé le réseau barter lors d’une discussion d’une demi-heure, debout dans la cuisine de mes parents.

Je connaissais le logiciel Circular Multilateral Barter d’Evgeni et j’y ai été inspiré, et le réseau barter est fondamentalement une généralisation de celui-ci utilisant le troc arbitraire en forme de graphique plutôt que des cycles purs. Avec tout cela, nous avons gagné un prix au concours: en fait, il s’agissait d’un financement de démarrage de la Commission Européenne, nous ayant permis de nous asseoir pendant un an et de coder cette plateforme.

Comment cela fonctionne-t-il dans la pratique ?

La version courte: regardez notre exemple de transaction, illustrant un don de 100 dollars à un projet. Il convertit votre téléphone, votre clé et votre couteau de poche en un ordinateur portable, pour lequel votre projet subventionné a été utilisé.

Instructions pour y parvenir: Allez à la liste Makerfox Projects, trouvez un projet que vous aimez et attribuez-lui d’une valeur monétaire. Au lieu d’argent comptant, vous offrez des produits ou des services en retour sur le marché.. (Comme, un téléphone usagé. Allons donc! tout le monde a un téléphone usagé !) Après attendez.

Quelqu’un d’autre commandera ce que vous offrez, et offrira ce que votre projet veut. Ou une configuration beaucoup plus complexe pour le même effet (par exemple, 100 personnes dans une seule transaction, comme c’est le cas dans nos simulations). Le Makerfox trouvera automatiquement une telle transaction, la réalisera et vous en informera par e-mail. Ensuite, expédiez votre produit ou fournissez votre service, regardez ce que votre projet a obtenu en échange, et soyez heureux de pouvoir l’aider.

Comme ce type de crowdfunding n’a pas besoin d’argent, les projets peuvent sauter cette étape de la chasse à cette ressource rare. Nous nous attendons à ce que le réseau barter fera du crowdfunding, un outil beaucoup plus puissant et omniprésent, et pourrait soutenir l’économie des fabricants (d’où le nom).

C’était une question de crowdfunding sans argent. En outre, Makerfox comprend un marché sans argent pour les produits et services, et dans le futur, le réseau barter pourrait également alimenter tout ce dont nous avons besoin d’argent actuellement, y compris les microcrédits, l’investissement, le capital-risque. (Juste ne pas stocker la valeur, mais c’est une fonctionnalité.) Quoique, ces utilisations sont pour d’autres plateformes.

Oh, et j’ai oublié de vous parler de notre modèle de viabilité: lorsque les projets utilisent leurs dons pour acheter des biens et des services par le biais des transactions de troc, et lorsque quelqu’un d’autre achète depuis le marché du troc, le Makerfox reçoit une commission de 7%. En valeur de troc, pas en argent.

Combien de personnes et d’organisations l’utilisent?

Actuellement, nous avons 200 personnes avec des comptes Makerfox et un petit peu dans un cercle vicieux. Ça veut dire qu’il ne se passe pas grand-chose parce qu’il ne se passe pas grand-chose. Ou peut-être sommes-nous trop fascinés par le développement du côté technique des choses et trop ennuyés de le commercialiser ? 😛
Quoi qu’il en soit, nous avons inventé les fonctionnalité du crowdfunding sans argent pour surmonter le problème. Toute personne ayant un projet utile sous-financé peut venir, lancer une campagne sur makerfox.com et faire passer le mot. Une fois qu’il y ait cinq à dix campagnes de ce genre en parallèle, avec des gens qui leur font des dons et leur offrant quelque chose en retour, nous nous attendons à ce que des transactions de troc automatiques commencent à se produire, finançant les projets sans argent.

En passant, aujourd’hui, moi et mon frère (Co-fondateur de Makerfox) avons navigué sur moneyless.org pendant un moment. Très débrouillard, divertissant même, particulièrement. cette histoire hilarante sur le demi billet de train qui sort de ta bouche. Mec, t’as du cran ! 🙂